Au Soleil des Matrones.

Quand il avait meublé le silence, elle n'avait rien cru entendre d'autre...
Et c’est là. Presque rien. Tout.
Un ange.
Plutôt petit, d’une grande beauté, au visage très enflammé, tout embrasé. Dans ses mains un long dard en or avec au bout un peu de feu. Vous l’enfonce dans le coeur à plusieurs reprises, atteint jusqu’aux entrailles et on dirait qu’il les arrache en se retirant, vous laissant tout embrasée d’amour, O Dieu ! Chair retournée palpitante enveloppée d’elle-même. Vive douleur, gémissements, résonance spontanée jaillie de la gorge, suavité de cette immense douleur si excessive qu’on ne peut désirer qu’elle s’apaise!
Être nue n'est rien, dès l'instant que c'est pour être habillée de mains, de bouche et de sexe. Être nue est tout. Elle n'avait pas compris, ou trop tard, que le désir aurait voulu la regarder se donner aux choses, s'écarter à leur silence, s'étaler à leurs traits et se confondre à leur fusain.
(conversation avec Baovola FIDISON à Antananarivo)