Pas de Deux...
...mais Deux quand même.
Tableaux des chasses héroïques au conditionnel passé, tous les objets de mes émois et les folies qui furent, les jolies écolières que je ne puis oublier, passantes pour pas de deux, joues en feu, enroulés, retournés accroupis, au bord des eaux, lèvres à lèvres dans l’entrecuisses, sans relâche caresses tout autour de nous-même, chair perdue, liquéfiée, évacuée par la bonde imaginaire qui s’ouvre au plexus, odeur de foutre, grain de la peau, rompus sur des galets, collés comme des bêtes, bruits mouillés, sous-vêtements, brides, entraves, coupes des seins à pleines mains, succion, salive sur le visage, matière mouillée, culotte de mousse, doigts reniflés et léchés avec des rires aigus, ces deux-là que nous fûmes, embrassés enfin, et sentant comme un fils les baisers de maman, la couronne de baisers tout autour du visage...